ILLICITE FORUM
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesGENERATEURConnexion

Partagez | 
 

 Chroniques : LL Cool J - Radio

Aller en bas 
AuteurMessage
Rossoneri
Rossoneri
Rossoneri
avatar

Nombre de messages : 3930
Age : 31
Localisation : Morlaix
Date d'inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Chroniques : LL Cool J - Radio   Mar 30 Mai - 15:23

Milieu des années 80, le mouvement Hip Hop commence à s'organiser avec la création de labels comme Tommy Boy. Peu après, Russel Simmons (qui n'est autre le frère de Joseph Simmons alias Rev Run des Run DMC) s'associe avec Rick Rubin et Lyor Cohen pour entrer dans le patrimoine du Hip Hop en fondant la structure Def Jam Records. Le premier artiste à y être signé est un MC qui se prénomme James Todd Smith, il a dix-sept ans et vient de Queensbridge. Son pseudonyme à rallonge qui est Ladies Love Cool James n'évoque pas grande chose pour certains mais le diminutif Ll Cool J, c'est sûrement le cas. C'est ainsi que 'Radio', sorti en 1985, sera le tout premier album de LL mais aussi le premier édité par Def Jam. C'est un fait.

A cette époque-là, il n'était question que de s'affirmer sur des instrumentaux, avoir quelque chose à prouver derrière le micro, lacher des rimes et placer quelques formules. C'est évident que pour les gens qui ont connu Ll Cool J lorsqu'il a commencé à faire des morceaux plus lover (ce qui a d'ailleurs fait son succès et sa longévité), on peut avoir du mal à se faire à l'idée que LL est un pionnier Hip Hop. Et c'est avec scepticisme et quelques aprioris qu'ils découvriront les dix titres de 'Radio', pourtant ça n'a strictement rien à voir car ce disque réalisé intégralement par Rick Rubin fait figure de classique rap. Mieux encore, certaines de ses chansons qui figurent dessus sont unanimement intouchables, particulièrement « Rock The Bells » et « I Need a Beat », qui font bien bouger la tête à l'ancienne.

Encore quand on dit 'disque', le compact disc était encore un luxe, donc le format était soit en cassette, soit en vinyle. La pochette provoque aussi un bon en arrière, où les b-boys portaient leurs poste stéréo sur l' épaule et l'écoutaient assis sur un banc ou sur des marches d'escalier (« I Can't Live Without My Radio »). Un mot pour résumer 'Radio' : respect.

_________________

En Janvier 1989, la musique d’AC/DC connut un honneur très particulier,
puisque pour déloger le dictateur panaméen Manuel NORIEGA de l’Ambassade du Vatican à Panama,
où il avait trouvé refuge,
les troupes américaines qui l’encerclait diffusèrent au maximum du volume de leur sono
le disque « Highway To Hell » durant le jour et la nuit.
Il se rendit le lendemain matin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://psy4.zikforum.com
 
Chroniques : LL Cool J - Radio
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le spot radio "Cool & Crazy Days" votre avis ?
» Si J'avais Au Moins.. à la radio
» Radio (presque) 100 % Johnny !
» AmeWorld Radio
» émission de radio

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Psy4 Forum Illicite :: ¤¤¤ Lyrics & Chroniques ¤¤¤-
Sauter vers: