ILLICITE FORUM
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesGENERATEURConnexion

Partagez | 
 

 Chroniques : LL Cool J - Mama said knock you out

Aller en bas 
AuteurMessage
Rossoneri
Rossoneri
Rossoneri
avatar

Nombre de messages : 3930
Age : 31
Localisation : Morlaix
Date d'inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Chroniques : LL Cool J - Mama said knock you out   Mar 30 Mai - 15:24

« Don’t call it a comeback / I been here for years / Rockin my peers and puttin suckas in fear [...] Wreckin shop / when I drop these lyrics that'll make you call the cops / Don't you dare / stare / you betta move, Don't ever compare / Me to the rest that'll all get sliced and diced / Competition's payin the price ».

Il l’annonçait dès le début du titre éponyme : il reste « aussi chaud que l’enfer » !
L.L. Cool J revient après avoir essuyé de nombreuses critiques à son égard, concernant bon nombre de titres douteux sur son précédent « Walking with a panther », trop langoureux au goût de certains. L.L. tente alors de prouver qu’il n’a pas perdu un gramme des talents trouvés en lui à l’époque de son « Radio », et c’est plutôt réussi.

Une bonne partie de l’album fait alors suite au « Jack the ripper », titre sortit l’année précédente, à l’encontre de Kool Moe Dee, à qui il fait plusieurs clins d’œil sur divers titres. Il démolit, menace, nargue de manière générale, sans entrer dans l’insulte facile, pas besoin de "fuck" ou de "bitch ass" pour se faire respecter, mais juste une bonne écriture, entre rimes efficaces et punchlines. « Murdergram » est alors un très bon exemple : pratiquement 4 minutes performance sans interruptions, dans laquelle il mêle diverses phases bien senties :
« I won't see ya no more, “Let's get together and diss LL”, Use his name and ya records might sell »
« Let KRS-One stop the violence, Ain't no rivals ain't no competition, Punk, I'm beatin ya into submission ».

« To da break of dawn » est plus direct en ciblant 3 rappeurs : Kool Moe Dee (contre lequel il balance le fameux « Now you're gettin done without Vaseline » repris par Ice cube pour en faire autant avec les N.WA...), MC Hammer qui se fait littéralement démonter (pas difficile en même temps) et Ice-T qui à son tour en prend pour son grade :
« Before you rapped you was a downtown car thief, Workin in a parking lot, A brother with a perm deserves to get burned, So tell me how you like your coat cream?, On a cone, in a bowl, or in a wet dream? ».

« Listen to the bass goes BOOM ! ».
Si L.L. assure un fond très efficace, il a connu une forme de qualité, ce qu’il appelle « l’artillerie » : Mr Marley Marl, qui assure la production de tout l’album (excepté le remix de « Jingling baby »). Conséquence: l’album bénéficie des meilleures productions que L.L. Cool J n’ait jamais eues. L’album est funky à souhait, rempli de samples du genre, mais contrairement au précédent, Marley a cette touche magique qui fait ressortir ce côté street, donc plus crédible, d’où peut-être la raison de la collaboration. On est également loin du beat hold school de base soutenu par les samples rock d’un Rick Rubin.

Les meilleurs résultats : le "rider anthem" « Boomin system », « Murdergram », « Mama said knock you out », « To da break of dawn », ou encore « Around the way girl », faisant partit de l’autre catégorie de titres : celles dont les femmes font le sujet. L.L. n’abandonne pas son côté dragueur, lover pour autant. Certains diront vite que c’est un point faible, mais dans la mesure où L.L. reste lui-même, et surtout que les titres en questions sont réussis, sans être trop mou (cf. certains titres de son album précédent), cela ne pose pas vraiment un problème à l’écoute, même si 1 ou 2 tracks n’étaient pas indispensables.

La fin de l’album étonne : « Illegal search », ou comment dénoncer une injustice sur une composition mainstream (façonné à la mode de l’époque, mais qui aurait pu bénéficier d’une meilleure production), dans lequel L.L. Cool J commence par s’adresser à un policier qui le contrôle pour de raisons douteuses :
« What the hell are you lookin for? / Can't a young man make money anymore? / Wear my jewels and like freak it on the floor / Or is it my job to make sure I'm poor? / Can't my car look better than yours? [...] Get that flashlight out of my face / I'm not a dog, so damn it, put away the mace [...] I call it nice, you call it a 'drug car »
(Ça vous rappelle vaguement quelque chose?).

1990 est une très bonne année pour lui, entre son album qui fait un carton, et ses autres très bonnes prestations (notamment sur le « Rampage » des EPMD). Tous les éléments sont réunis pour faire un album 400%... L.L. Cool J ! Made in Queens.

_________________

En Janvier 1989, la musique d’AC/DC connut un honneur très particulier,
puisque pour déloger le dictateur panaméen Manuel NORIEGA de l’Ambassade du Vatican à Panama,
où il avait trouvé refuge,
les troupes américaines qui l’encerclait diffusèrent au maximum du volume de leur sono
le disque « Highway To Hell » durant le jour et la nuit.
Il se rendit le lendemain matin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://psy4.zikforum.com
 
Chroniques : LL Cool J - Mama said knock you out
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Video] "My Black Mama" taught by Stefan Grossman
» You knock me off of my feet now baby !
» Rag Mama Rag - église Le Buis (87) 27 novembre 2010
» Festival Cool Soul le 8 Avril au Bataclan, puis Clermont...
» KNOCK OUT FESTIVAL

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Psy4 Forum Illicite :: ¤¤¤ Lyrics & Chroniques ¤¤¤-
Sauter vers: