ILLICITE FORUM
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesGENERATEURConnexion

Partagez | 
 

 Chroniques : Dilated People - 20/20

Aller en bas 
AuteurMessage
Rossoneri
Rossoneri
Rossoneri
avatar

Nombre de messages : 3930
Age : 30
Localisation : Morlaix
Date d'inscription : 25/04/2006

MessageSujet: Chroniques : Dilated People - 20/20   Mar 30 Mai - 15:27

Loin des albums sortant ces temps-ci, le style des Dilated Peoples aère le Hip-Hop le temps d'un nouvel album noblement intitulé '20/20'.

Toujours composé du trio gagnant Rakaa, Evidence et de DJ Babu, et toujours doté de la fameuse recette alliant DJing et textes de qualités, pertinents, conscients en y ajoutant parfois une pincée d'humour, cet album se démarque de leur précédent par une simple et bonne raison: il ressemble plus à une compilation de morceaux entrecoupés d'interludes, qu'à un album à part entière. Ce qui se ressent dans la qualité des tracks, car chacune à son atmosphère, sa texture sonore, bref un son pur auquel le groupe nous a toujours habitué.

Explication d'Evidence à ce sujet: "Nous avons approché ‘20/20’ comme si c’était un maxi. On ne s’est pas pris la tête au sujet de l’ordre des morceaux de l’album, on l’a fait super vite, deux ou trois jours avant la fin. L’agencement des chansons fonctionne, on savait où on voulait aller et c’est leur qualité qui importe le plus. Pas de temps à perdre en conjectures, le vrai propos, c’est la musique.”

Premier extrait 'Back Again' produit par le talentueux The Achemist: voix pitchées, instru clair et précis, rien à dire ce morceau annonce leur retour sous les nombreux scratches appliqués de DJ Babu. Le groupe à beau être signé en major (Capitol), il est souvent considéré comme underground de part leur approche musicale, loin de vouloir absolument rassembler un maximun d'auditeur. Bref ils font leur musique et l'écoutent que ceux qui l'aiment. D'ailleurs ça se ressent dans les ventes de leurs précédents albums, et le succès n'est pas de l'ampleur de leur talent. Mais peu importe, ils continuent de s'investir en nous partageant leurs impressions, leurs opinions, comme sur 'Alarm Clock Music' où ils tirent la sonnette d'alarme en parlant des conflits que ce soit dans le monde ou dans les quartiers. On passe par la suite dans une ambiances plus sombres avec 'Olde English' (sur une production bien glauque de Joey Chavez et Bravo) et cette fois-ci, Evidence et Rakaa sont accompagnés de Defari pour parler cruement des 'coulisses' de l'univers musical, de la violence, de guerre....

Il y a également d'autres invités, comme Talib Kweli qui apporte toujours aussi clairement sa vision des choses sur l'agressif 'Kindness For Weakness', mais aussi et plus surprenant, Capleton sur 'Firepower' pour une connexion de l'univers reggae avec celle du hip-hop. Deux styles musicaux qui sont très liés dans leurs propos revendicateurs et qui donc une fois mélangés donne une mixture qui fait rage aussi bien dans les propos, dans le flow que dans la musique. Amitié oblige avec le Strong Arm Steady, on retrouve sur cet opus Krondon qui lache toute sa verve habituelle sur 'Rapid Transit', à la tonalité pesante et inquiétante.

Les architectes du sons sont donc Alchemist, Joey Chavez & Bravo, Evidence (qui a également contribué aux instrus) et bien évidemment Babu. Des productions pour lesquelles le groupe s'est vraiment appliqué, voulant ainsi élever le niveau d'énergie afin de le retranscrire après en Live comme le déclare le DJ du groupe: "Se produire est capital pour nous. Les chansons ont une allure différente lorsque nous les étoffons pour le live. Leur bon fonctionnement en spectacle est un des aspects de notre musique que les fans adorent. Et, réciproquement, nous essayons souvent de retrouver en studio l’énergie de la scène.”

Inutile de citer bêtement chaque morceau, ils sont tous à découvrir attentivement. Seul bémol qui n'en est pas vraiment un, c'est qu'aucun véritable morceau ne sorte du lot, comme c'était le cas sur le précédent opus avec le carton de 'This Way' qu'avait produit Kanye West. 20/20 ne serait pas la note que l'on pourrait lui donner, cependant il est bon de voir de nos jours des groupes comme les Dilated Peoples qui savent transmettre leur plaisir de faire de la musique originale, pure, variée, enfin du vrai hip-hop en somme. A découvrir pour ceux qui ne se seraient pas encore penché sur ce groupe déjà bien ancré dans le milieu, et a écouter agréablement pour ceux qui ont déjà succombé à leur style.

_________________

En Janvier 1989, la musique d’AC/DC connut un honneur très particulier,
puisque pour déloger le dictateur panaméen Manuel NORIEGA de l’Ambassade du Vatican à Panama,
où il avait trouvé refuge,
les troupes américaines qui l’encerclait diffusèrent au maximum du volume de leur sono
le disque « Highway To Hell » durant le jour et la nuit.
Il se rendit le lendemain matin.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://psy4.zikforum.com
 
Chroniques : Dilated People - 20/20
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» C'était samedi 17 février à Toulouse
» The Kinks are so Kool
» Blossom Toes - We Are Ever So Clean (1967)
» Skalpel"Chroniques de la guerre civile" New album
» Star People (1983)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Psy4 Forum Illicite :: ¤¤¤ Lyrics & Chroniques ¤¤¤-
Sauter vers: